English (United Kingdom)French (Fr)
Il y a actuellement 1 personne(s) connectée(s)

  • Systèmes
-- NUTRITION

Objectifs

En effet, selon le rapport mondiale sur la nutrition en 2015, en Afrique 220 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ne mangent pas à leur faim, 58 millions d’enfants de moins de 5ans, ont un retard de croissance, 13,9 millions sont maigres et 10,3 millions sont en surpoids. Chez les adultes de plus de 20 ans, 8% sont obèses. Cette situation entraine un cout pour les pays concernés car la malnutrition est associée à l’incapacité de l’individu à exprimer tout son potentiel intellectuel et physique, à une morbidité accrue, des hospitalisations prolongées et des coûts de soins élevés des patients atteints de maladie liées à la malnutrition par rapport aux coûts de la prise en charge de la malnutrition. A titre illustratif, selon l’OMS, la malnutrition est de loin la principale cause de mortalité infantile, avec six millions d'enfants décédés de famine chaque année. 2,2 millions d'enfants décèdent par an à cause d'un poids insuffisant à la naissance et d’une croissance intra-utérine insuffisante, et 1,4 million de décès supplémentaires sont dus à un allaitement faible ou non existant. Les carences en nutriments, comme le manque de vitamine A ou de zinc, sont responsables d'un million d'autres décès d'enfants. La carence en fer est la carence nutritionnelle la plus répandue chez les enfants du monde entier. Il est estimé que près de 50% des enfants d'âge préscolaire sont anémiques, pour la plupart à cause d'une carence en fer. Un enfant malnutri a une santé plus fragile et de moins bons résultats scolaires que les enfants correctement alimentés. C’est ainsi, l’OMS a fixé des cibles à l’échelle mondiale à atteindre à l’horizon 2025 (cf. encadré1) auxquelles ont souscrit tous les états membres de la CEDEAO afin d’améliorer la nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant et se sont engagés à suivre les progrès accomplis. Aussi, est-il important de disposer régulièrement de données afin d’apprécier évolution vers les cibles définis par l’OMS et éventuellement pour prendre des mesures adéquates particulièrement celles qui contribuent à l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. L’objectif du sous système nutrition est de produire des données sur la situation nutritionnelle des populations dans l’espace Ouest Africain, notamment de pouvoir apprécier l’état nutritionnel des groupes vulnérables (enfants de moins de 5 ans, femmes en âges de procréer) afin d’analyser les causes profondes de l’insécurité alimentaires et d’anticiper avec des mesures qui pourraient atténuer la vulnérabilité récurrente enregistrée en Afrique de l’Ouest. Ces données tout en permettant de fournir des informations sur l’efficience des politiques, stratégie et actions entreprises par les Etats, permettent de d’identifier les situations à risque pour la prise de décision et enfin de faire des projections pour les années à venir

Concepts et définitions

Selon l’OMS, la nutrition c’est l’apport alimentaire répondant aux besoins de l’organisme. Une bonne nutrition – c’est-à-dire un régime adapté et équilibré – et la pratique régulière d’exercice physique sont autant de gages de bonne santé. Une mauvaise nutrition peut entraîner un affaiblissement de l’immunité, une sensibilité accrue aux maladies, un retard de développement physique et mental et une baisse de productivité L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit la malnutrition comme « le déséquilibre cellulaire entre la source de nutriments et d'énergie et les exigences du corps permettant d’assurer la croissance, l'entretien et les fonctions spécifiques »1. La malnutrition est constatée essentiellement lorsque le corps ne reçoit pas assez d'énergie ou de nutriments essentiels (comme les protéines, les vitamines, les minéraux et autres) nécessaires au maintien de la santé des tissus et du fonctionnement des organes. Cet état n'est pas limité aux personnes visiblement dénutries. Les personnes obèses ou en surpoids peuvent également en souffrir. Toutefois, dans le cadre de cet article, le terme fait référence spécifiquement aux personnes malnutries à cause de la dénutrition.

La dénutrition est le résultat d’une consommation ou d’une absorption d'énergie ou de nutriments essentiels insuffisante par rapport aux besoins du corps, ou encore d’une excrétion de ces nutriments trop rapide par rapport à la vitesse à laquelle ils sont remplacés.

L’UNICEF définit les formes de malnutrition de la manière suivante :

La malnutrition aiguë Elle se détecte lorsqu’on évalue le rapport Poids/Taille. Signe extérieur : « Il est trop maigre ». Prévalence importante entre 0 et 24 mois.

La malnutrition aiguë se développe rapidement, en lien avec une situation ponctuelle de manque ou de manques répétés (période de soudure, épidémie sévère, changement soudain ou répété dans le régime alimentaire, conflit…)

Il existe deux types de malnutrition aiguë : aiguë modérée et aiguë sévère :
  • La malnutrition aiguë modérée
  • La malnutrition aiguë modérée se caractérise par une perte de poids modérée.
  • La malnutrition aiguë sévère

La malnutrition aiguë sévère se caractérise par une perte de poids très importante. Un enfant dont la circonférence du bras est inférieure à 111 mm (mesuré grâce au bracelet brachial) a de fortes chances d’être atteint de malnutrition aiguë sévère. La malnutrition aiguë sévère est responsable de la plupart des décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde.

Indicateurs du systéme
Prévalence de l'anémie chez les femmes enceintes
# Pays Valeur (%) Tendance
1 BENIN--
2 BURKINA FASO--
3 CABO VERDE--
4 COTE D'IVOIRE--
5 GAMBIA--
6 GHANA--
7 GUINEE--
8 GUINEE BISSAU--
9 LIBERIA--
10 MALI--
11 MAURTANIE--
12 NIGER--
13 NIGERIA--
14 SENEGAL106.67
15 SIERRA LEONE--
16 TCHAD--
17 TOGO--